Aller au contenu principal
Un travailleur canadien sur trois a ou a eu un problème de santé mentale comme la dépression ou un trouble d'anxiété
Canada

Un travailleur canadien sur trois a ou a eu un problème de santé mentale comme la dépression ou un trouble d'anxiété

L'enquête de Morneau Shepell montre également que 25 pour cent des employés affirment avoir été malades au cours des six derniers mois en raison du stress lié au travail

TORONTO, le 27 janv. 2015 /CNW/ - Un employé canadien sur trois (soit 33 pour cent) dit avoir ou avoir eu un problème de santé mentale comme la dépression ou un trouble d'anxiété. De plus, 27 pour cent affirment éprouver des symptômes importants de stress. C'est ce que révèle une nouvelle étude annoncée aujourd'hui par Morneau Shepell.

Selon la nouvelle enquête nationale réalisée auprès d'employés, employeurs et médecins de partout au Canada, plus de la moitié des employés (soit 58 pour cent) ont rapporté avoir subi des effets négatifs du stress au travail, alors que près de la moitié (soit 45 pour cent) ont révélé avoir songé à quitter leur emploi en raison du stress lié au travail et de ses répercussions. Par ailleurs, presque un tiers des employés (soit 31 pour cent) ont pris des jours de congé en raison du stress lié au travail, et un quart (soit 25 pour cent) ont affirmé avoir été malades au cours des six derniers mois pour les mêmes raisons.

Selon Alan Torrie, président et chef de la direction de Morneau Shepell, « Les employeurs commencent à comprendre que la maladie mentale n'est pas un enjeu qui ne préoccupe que quelques personnes, mais qu'il concerne l'entreprise dans son ensemble. Ces dernières années, de nombreuses entreprises ont fait d'énormes progrès, mais il reste beaucoup de travail à faire pour que tous les milieux de travail soient psychologiquement sains et pour donner aux gens le courage de chercher l'aide dont ils ont besoin. »

Un milieu de travail psychologiquement sain est un milieu de travail productif

Selon l'enquête, une écrasante majorité des employés croient qu'un milieu de travail psychologiquement sain est un milieu de travail productif. En effet, 90 pour cent d'entre eux affirment que la gestion de la santé mentale est importante pour la productivité. En outre, une grande majorité (soit 83 pour cent) ne voit pas nécessairement le stress comme quelque chose de globalement négatif et précise que le stress lié au travail peut être positif ou négatif selon la façon dont l'employeur soutient les employés et répond à leurs besoins. Néanmoins, malgré la sensibilisation croissante quant à l'importance de la santé mentale en milieu de travail, seuls 56 pour cent des employés croient que l'entreprise pour laquelle ils travaillent favorise le bien-être mental.

Selon Paula Allen, vice-présidente, Recherche et Solutions intégratives, « L'enquête a révélé que la perception des employeurs diffère de celle des employés en ce qui a trait à la gestion de la santé mentale en milieu de travail. En général, la perception des employeurs sur la façon dont ils gèrent la santé psychologique en milieu de travail est meilleure que celle de leurs employés. Notre enquête montre également que les employés reconnaissent qu'un milieu de travail psychologiquement sain a une grande valeur commerciale. Le soutien assuré par l'employeur est critique quant à la façon dont les employés perçoivent le stress et ses répercussions sur eux; il a aussi une influence sur la productivité et, au final, sur la réussite de l'organisation. »

La stigmatisation demeure un obstacle au progrès

Bien que le soutien des entreprises soit de plus en plus important, cette étude montre que la stigmatisation représente toujours un défi. Une forte majorité des employés (soit 71 pour cent) se sont dits préoccupés par la stigmatisation entourant la maladie mentale. Pour 65 pour cent des employés, l'autostigmatisation représente un problème, tandis que plus de la moitié (soit 53 pour cent) se sont dits préoccupés d'être stigmatisés par leurs médecins.

Fait intéressant, l'enquête montre que, dans beaucoup de cas, les employés sont plus durs à l'égard des personnes atteintes d'une maladie mentale que leurs employeurs et que ces personnes font encore l'objet d'attitudes très négatives. En effet, un employé sur cinq (soit 19 pour cent) croit qu'une personne atteinte de maladie mentale exerce un plein contrôle sur sa maladie (alors que chez les employeurs, cette proportion s'élève à 12 pour cent).

Presque tous les médecins croient que les entreprises doivent déployer davantage d'efforts pour favoriser la santé mentale

Des médecins qui ont participé à l'enquête, la quasi-totalité (soit 99 pour cent) affirme que les enjeux professionnels jouent un rôle dans les problèmes de santé mentale qu'ils traitent de façon régulière. En outre, 98 pour cent d'entre eux croient que le milieu de travail joue un rôle dans la détérioration de la santé.

En parlant des moyens que les employeurs doivent prendre pour favoriser des milieux de travail psychologiquement sains, les médecins ont en premier lieu recommandé l'amélioration des communications et du soutien social au sein des entreprises. En deuxième lieu, ils ont souligné l'importance du counseling et des conseils. Fait intéressant, les médecins croient que ces deux facteurs sont plus importants pour leurs patients que la réduction de la charge ou les congés.

À propos de l'enquête

Cette enquête de Morneau Shepell, réalisée en novembre et décembre 2014, avait pour but de fournir des éclairages sur la santé mentale au travail à partir d'un certain nombre de perspectives déterminantes. Les premiers résultats seront présentés à l'occasion de son événement Réseau Employeur, le 4e sommet annuel sur la santé mentale au travail qui se déroulera dans cinq villes canadiennes le mercredi 28 janvier 2015. Les résultats complets seront publiés au printemps.

Invitation aux médias : Réseau Employeur, le 28 janvier 2015

Les représentants des médias sont invités à être parmi les premiers à prendre connaissance des résultats de cette nouvelle étude, qui seront présentés à l'occasion de Réseau Employeur à Vancouver, Calgary, Toronto, Montréal et Halifax. Pour obtenir de plus amples renseignements ou confirmer votre présence à cet événement, veuillez communiquer avec Ray McIlroy, ray.mcilroy@kaiserlachance.com ou 647 725‑2520, poste 215.

Pour participer aux échanges en ligne, utilisez Twitter @Morneau_Shepell #ReseauEmployeur #Santementale.

À propos de Morneau Shepell inc.
Morneau Shepell est la plus importante société canadienne offrant des services d'impartition et des services-conseils en ressources humaines. La société est également le chef de file parmi les fournisseurs de programmes d'aide aux employés et à la famille (PAEF), ainsi que le plus important administrateur de régimes de retraite et d'assurance collective et le plus important fournisseur de solutions intégrées en gestion des absences au Canada. Grâce à ses solutions en matière de santé et de productivité, ses solutions administratives et ses solutions en matière de retraite, Morneau Shepell aide ses clients à réduire leurs coûts, à améliorer la productivité au travail et à renforcer leur position concurrentielle. Fondée en 1966, Morneau Shepell sert plus de 20 000 organisations de toutes tailles, des plus petites entreprises à certaines des plus grandes sociétés et associations en Amérique du Nord. Comptant environ 3 500 employés répartis dans ses bureaux en Amérique du Nord, Morneau Shepell offre ses services à des entreprises au Canada, aux États-Unis et partout dans le monde. Morneau Shepell est une société cotée à la Bourse de Toronto (TSX : MSI). Pour obtenir de plus amples renseignements à ce sujet, visitez le site morneaushepell.com

SOURCE Morneau Shepell Inc.

Pour plus de renseignements: Roseline Joyal-Guillot, Kaiser Lachance Communications, 514 878-2522, roseline@kaiserlachance.com; Josée St-Pierre, Morneau Shepell, 514.206.6851, jstpierre@morneaushepell.com